Vous souhaitez suivre une thérapie mais vous ne savez pas quel spécialiste consulter ? Psychologue ou Psychiatre ? Les appellations se ressemblent et il est difficile pour vous de les distinguer. Pourtant, ces spécialistes n’ont pas reçu la même formation, ils n’ont donc pas les mêmes compétences en matière de suivi. Mais n’ayez crainte, l’équipe Ordoclic a rassemblé pour vous toutes les informations nécessaires pour que vous puissiez choisir le thérapeute adapté à votre situation.

Le psychologue

Pour être psychologue, il faut être titulaire d’un master 2 en psychologie, ce qui représente un niveau d’études BAC+5. Le titre de psychologue est reconnu par l’Etat Français depuis 1985, il est soumis à un code de déontologie tout comme les médecins. Le rôle du psychologue est d’écouter et d’accompagner des personnes en situation de souffrance psychique afin de les aider à se sentir mieux dans leur vie. À ce titre, ce spécialiste n’a pas l’habileté pour poser un diagnostic ou prescrire une ordonnance, contrairement au psychiatre. Le psychologue peut exercer dans différentes spécialités: psychologie du travail, psychologie sociale, psychologie clinique / psychopathologie, neuropsychologie, psychologie du développement, psycho-criminologie etc. Il peut travailler en libéral en ouvrant son propre cabinet mais également dans les crèches, à la protection maternelle et infantile, à l’hôpital, en entreprise, dans des maisons de retraite, des collectivités territoriales…

Le psychiatre

Le psychiatre a effectué des études de médecine avec une spécialisation de 4 ans supplémentaires en psychiatrie. Il a pour rôle de soigner ou atténuer les symptômes chez des patients atteints de troubles mentaux tels que la dépression, troubles bipolaires, schizophrénie et autres psychoses, démence, déficience intellectuelle et troubles du développement. Ayant le titre de médecin, le psychiatre a la capacité d’établir le diagnostic de l’état d’un patient afin de lui proposer une méthode thérapeutique adaptée avec principalement la prescription de médicaments psychotropes: antidépresseurs, anxiolytiques, neuroleptiques. Dans certaines situations graves, le psychiatre peut préconiser le recours à une hospitalisation pour son patient. Le psychiatre exerce en hôpital ou clinique, il a également la possibilité de travailler dans son propre cabinet en libéral.

Tableau comparatif psychologue / psychiatre

Rôle du psychologue et psychiatre dans la prise en charge

Comme vous l’avez compris, le psychologue et le psychiatre se différencient par une multitude d’éléments: formations, prise en charge, compétences .. Cependant, ces spécialistes de la santé mentale peuvent être complémentaires et travailler en étroite collaboration dans la prise en charge des patients atteints de troubles psychologiques.

Au niveau de la prise en charge en santé mentale, la première étape est de poser un diagnostic. Pour cela il faut consulter un psychiatre puisqu’en tant que médecin il est le seul à être habilité pour le faire. Le psychiatre déterminera également les facteurs de risques et complications.

Après avoir posé le diagnostic, le psychiatre organisera la prise en charge du patient afin de traiter ou atténuer ces troubles psychiques.

Ainsi, suite à cette consultation, le psychiatre pourra proposer au patient:

  • Un traitement médicamenteux notamment des psychotropes: Antidépresseurs, anxiolytiques (tranquillisants), hypnotiques (somnifères) neuroleptiques (antipsychotiques), stabilisants de l’humeur
  • Son hospitalisation, dans le cas où il représente un danger pour lui-même ou pour son entourage
  • Une psychothérapie qui se fera à l’aide d’un psychiatre, d’un psychologue ou d’un psychothérapeute. Plusieurs méthodes thérapeutiques existent telles que l’analyse, les thérapies cognitives et comportementales (TCC), l’hypnose etc. Afin de garantir un suivi optimal, la technique utilisée doit être adaptée à vos symptômes. 

Quelles pathologies sont prises en charge par le psychologue et le psychiatre ?

Dès lors que l’état psychologique d’une personne altère sa vie sociale, personnelle et professionnelle, une prise en charge chez un psychiatre et/ou un psychologue est nécessaire.

Pour des troubles mentaux mineurs, un accompagnement chez un psychologue peut s’avérer suffisant, mais le suivi peut se faire également en synergie avec un psychiatre selon la volonté du patient. Parmi ces pathologies on retrouve l’anxiété, les addictions, les phobies, la dépression, les troubles sexuels, les troubles relationnels, les troubles du sommeil, les troubles alimentaires (TCA), les troubles obsessionnels compulsifs (TOC), l’insomnie, etc. 

Pour des troubles mentaux plus graves, il est conseillé de se rendre dans un premier temps chez un psychiatre puisqu’un traitement médicamenteux sera inévitable. C’est le cas pour la schizophrénie, la paraphilie, l’autisme, la dépression majeure, les troubles bipolaires etc.

Comment se déroule une consultation ?

Les premières consultations chez un psy peuvent être assez anxiogènes pour un grand nombre de patients. Dans un premier temps, le patient mentionne la raison de sa venue ainsi que ses motivations. Durant cette séance, il devra se livrer à un parfait inconnu, lui évoquer ses émotions et sentiments et revenir sur des passages marquants et parfois difficiles de sa vie. Le psy pourra analyser la situation de la personne, l’environnement dans lequel il vit ainsi que sa personnalité. Suite à ce rendez-vous, une stratégie théapeutique sera établie par le professionnel afin de traiter votre trouble. 

Sachez que si vous ne vous sentez pas à l’aise avec un thérapeute, après plusieurs consultations, rien ne vous oblige à continuer le suivi. Au contraire, il sera plus bénéfique pour vous de changer de professionnel et s’orienter vers un psy qui vous correspond mieux. De même, suite à la première séance, le psy pourra mettre un terme au suivi et vous renvoyez vers un confrère, s’il juge ne pas pouvoir vous accompagner et répondre à votre problématique. 

N’hésitez pas à poser des questions à votre thérapeute sur ces méthodes de travail, la suite de l’accompagnement, sa formation … 

La fréquence et la durée des séances devront également être déterminées, ils peuvent différer en fonction des troubles et de la volonté du patient. 

Ayez en tête qu’un accompagnement psychologique demande de la persévérance et beaucoup d’énergie, mais cela peut être très enrichissant et vous aider à aller mieux.